dimanche 5 juillet 2015

les lettres de refus des éditeurs



Un mois et demi après les premiers envois, les premières lettres de refus ( ou plutôt mails. Vive l’ère du numérique) arrivent.

Je m’y attendais un peu. J’avais envoyé mon roman aux grosses maisons d’édition plus par acquit de conscience qu’autre chose. Je prends donc ça plutôt bien. Je suis même assez amusée par la similarité des deux mails reçus. À croire qu’ils ont été écrits par la même personne. Les deux éditeurs n’ont pourtant rien à voir : une grosse maison française, très connue ( Gallimard) et une un peu plus petite, belge ( Alice jeunesse). Je vous laisse juger par vous même.

Gallimard :
Mademoiselle,
Nous vous remercions vivement de nous avoir confié votre projet, « l’apprentissage du sang ».
Nous l’avons étudié avec la plus grande attention. Malheureusement, malgré ses qualités, il ne nous a pas paru convenir à notre ligne éditoriale.
Nous regrettons donc de ne pouvoir en envisager la publication.

En vous remerciant de votre confiance et en vous souhaitant d’aboutir dans votre démarche, nous vous prions de croire, Mademoiselle, à l’assurance de nos sentiments les meilleurs.
Le comité de lecture.
Et maintenant Alice Jeunesse
Bonjour,
Nous vous remercions de nous avoir fait parvenir le projet d’ouvrage dont vous êtes l’auteur.
Votre manuscrit a retenu toute notre attention.
Malheureusement, en dépit de sa qualité, nous ne pouvons retenir votre projet pour publication ; en effet, celui-ci ne correspond pas à notre ligne éditoriale.

En vous remerciant pour votre intérêt à l’égard de notre maison, et en vous souhaitant beaucoup de succès dans vos démarches, nous vous prions de recevoir nos salutations sincères.
Le Comité de lecture
P.S. N’hésitez pas à consulter le Guide de l’Édition Jeunesse pour des conseils, des adresses d’éditeurs…
http://mclfrance.pagesperso-orange.fr/
Presque textuellement la même chose. Amusant, non ?

5 commentaires:

  1. Hello!
    C'est la lettre de refus type de toutes les maisons d'édition. Le mieux c'est de tomber sur la perle rare qui va détailler un peu sur le manuscrit que l'on a envoyé, mais ça n'arrive presque jamais.

    Cela dit, si tu veux publier, essaie de voir si tu peux rencontrer quelqu'un qui travaillait comme correcteur dans une maison et donne-lui un bout de ton texte. Ca te donnera un aperçu de ce qu'ils attendent à l'autre côté de la barrière. Cela dit, ça peut être à double tranchant.

    Au plaisir.

    RépondreSupprimer
  2. Hello !
    Effectivement, je n'ai reçu aucun avis détaillé sur mon manuscrit. C'est un peu décourageant, mais il faut comprendre les éditeurs. Ils reçoivent tellement de manuscrit que s'ils répondaient à tout le monde, ils n'auraient plus le temps de faire autre chose.

    J'ai par contre reçu des retours assez positif d'une petite maison d'édition. Cela n'est pas encore fait, mais l'affaire se précise. Croisons les doigts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général, ils ont plusieurs personnes qui ne font que ça, réceptionner les manuscrits et répondre. Il y en a deux sortes, ceux qui font leur boulot sérieusement et ce qui lisent trois pages en diagonale et pour qui c'est suffisant pour connaître un texte. C'est comme ça.

      Pfff… J'ai l'impression de parler comme un vieux là. XD

      J'espère que ça se passera bien alors. C'est toujours encourageant d'avoir des retours positifs. Après il ne faut surtout pas craindre les lettres de refus, au contraire. Même Tolkien a galéré pour se faire publier.

      Sinon, je n'ai pas eu le temps de regarder tout ton blog. Tu postes régulièrement ?

      À bientôt, j'espère. ;)

      Supprimer
  3. Je poste plus ou moins régulièrement. Ça dépend de l'inspiration.

    RépondreSupprimer
  4. Lol. Oui, c'est une lettre type, quoi. Tant pis pour eux!! ;)

    RépondreSupprimer