lundi 29 juin 2015

Le pays des enfants parfaits, chapitre 6

gavrochenom


Samuel jeta un coup d'œil derrière son épaule. Pas qu'il est besoin de ça pour savoir que la fille le suivait toujours. Elle faisait tellement de bruit que tous les résidents, humain ou non, des souterrains devaient être au courant de sa présence. Comment cette gamine était-elle arrivée aussi loin sous la surface ? Encore un peu et elle serait sortis du territoire du général. Toby lui avait en quelque sorte rendu service en l'empêchant de continuer. Le garçon n'osait même pas imaginer sur qui elle aurait pu tomber. Les souterrains servaient de refuges à tous les exclus de la société, sans distinction, du SDF inoffensif aux trafiquants d'armes... Et certains seraient prêts à tuer pour préserver leur tranquillité.
Il se retourna brusquement. L'adolescente venait de trébucher sur un tuyau métallique. Il la rattrapa avant qu'elle ne tombe. Elle le remercia d'un sourire timide. Le garçon sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. Jamais il n'avait été aussi proche d'une fille. D'ailleurs de vraies filles, il n'en avait pas croisé beaucoup au court de sa jeune existence. Les rares femmes qui se terraient ici n'en étaient pas vraiment. Ou plutôt, n'en était plus. La dureté de la vie sous terre gommait en quelques semaines, voire quelques jours pour certaines, la moindre trace de féminités. Rien à voir avec sa belle inconnue. Il ne parvenait pas à détacher son regard d'elle, de ses longs cheveux roux en bataille, de ses pommettes constellées de taches de rousseur, de ses grands yeux verts un peu effrayés... Et son parfum ! Elle sentait tellement bon. Un mélange de vanille, de savon et d'air frais.

- Eh, tu peux me lâcher, maintenant, fit timidement la jeune fille, je vais bien.

Samuel retira aussitôt sa main de son bras, comme si elle l'avait brûlé. Il ne voulait pas qu'elle le prenne pour un fou. Mais comment était-il censé se comporter avec elle ? Il n'en avait aucune idée. Déjà que tout à l'heure, elle l'avait regardé comme s'il était un extraterrestre. C'était sa voix, il le savait. Cela faisait le même effet à tout le monde. Quand il le pouvait, il évitait de parler, mais là, il n'avait pas eu le choix. Pourquoi cela faisait-il toujours si mal ? Le général lui avait souvent expliqué que ce que les autres pensaient n'avait pas la moindre importance. Lui-même se le répétait en boucle, encore et encore, comme un mantra. La plupart du temps, cela fonctionnait. Il parvenait à le croire, jusqu'à ce qu'il lise de nouveau dans les yeux de quelqu'un à quel point celui-ci le trouver bizarre. Il ne voulait pas que cette fille le trouve étrange. Il voulait qu'elle l'apprécie. Pour quelle raison ? Il l'ignorait. Il ne la connaissait pas. Elle ne faisait pas partie de son monde. Et pourtant... Son opinion devenait tout d'un coup la chose la plus importante pour lui.

********

Ruby se demandait bien où cet étrange garçon l'emmenait. En lieu sûr, lui avait-il dit. Elle n'était pas certaine de pouvoir lui faire confiance. Il semblait si bizarre. Sa peau, aussi pâle que celle d'un vampire était couverte de poussière, tout comme ses vêtements. « Et absolument tout dans ces maudits souterrains » remarqua-t-elle. En tout cas, peu importait la destination, elle espérait que cela ne serait plus très long. La peur et la fatigue menaçaient à tout moment d'avoir raison d'elle. Elle ignorait sur quelles réserves elle tenait, mais celles-ci s'épuisaient dangereusement. Et le silence de son guide rendait la situation encore plus éprouvante. Si au moins, il avait daigné prononcer un mot. Mais non. Depuis leur rencontre où il s'était exprimé avec cette voix d'enfant, il n'avait plus ouvert la bouche. Peut-être avait-il peur qu'elle se moque de lui ? Il n'avait pourtant rien à craindre de ce côté là. Ruby, plus que quiconque, savait que ce n'était pas facile d'être différent. Elle n'avait jamais réussi à trouver sa place parmi les jeunes de son âge. Pour rien au monde, elle ne reproduirait ce qu'elle-même avait subi.

Après un temps qui lui sembla interminable, le garçon s'arrêta devant une vieille armoire métallique. Il la poussa, dévoilant un trou dans le mur, assez large pour laisser passer un homme adulte.

- C'est là, indiqua-t-il à Ruby avant de s'y engouffrer.

- Ah Sammy, te voilà enfin, fit une voix masculine de l'autre coté, tu as trouvé ce que je t'avais demandé ?

L'idée de rencontrer d'autres habitants du souterrain n'enchanta guère la jeune fille, mais un regard en arrière, vers les couloirs obscurs, la convainquit de se glisser à son tour dans l'ouverture. Finalement, elle allait peut-être revoir son discours sur l'obscurité rassurante. Les ombres qui peuplaient les sous-sols new-yorkais lui inspiraient maintenant de la crainte.

********

Elle cligna plusieurs fois des yeux pour s'habituer à la soudaine luminosité. Après des heures à cheminer dans le noir presque complet, la lumière forte lui brûlait la rétine.

- Qui c'est celle-là ? demanda quelqu'un à sa droite.

- Elle est avec moi, répondit le garçon.

Le contraste entre les deux voix était impressionnant. La première, profonde, presque rocailleuse comme si elle n'avait pas servi depuis longtemps, appartenait de toute évidence à un homme. L'autre, aiguë et fluette, semblait être celle d'un très jeune enfant, bien que, comme Ruby avait pu le constater, son propriétaire ait quitté l'enfance depuis plusieurs années déjà.

- Je vois bien qu'elle est avec toi Sammy. Ce que je veux savoir c'est, qui elle est et, surtout, ce qu'elle fait là.

« De toute évidence, je ne suis pas la bienvenue », se dit Ruby. Sa vue qui revenait à la normale lui permit de distinguer l'individu qui parlait. Cette fois, pas de surprise. Il s'agissait bien d'un homme. Il était grand, voire même très grand, musclé... Une vraie montagne humaine. Il portait des vêtements de style militaire qui accentuaient encore son aspect de brute mal dégrossi. Mais ce qui se remarquait le plus chez lui, c'était l'affreuse cicatrice qui barrait le côté gauche de son visage, le défigurant totalement.

- Et toi, tu as fini de me dévisager comme ça, lui lança l'homme d'un ton bourru.

Ruby détourna rapidement le regard. La dernière chose qu'elle voulait, c'était de mettre ce type en colère. Il lui foutait la chair de poule. Elle était prête à parier que c'était lui le fameux général que le toxico qui l'avait agressé craignait tellement. D'ailleurs, elle n'était pas loin de faire comme lui et de prendre ses deux jambes à son cou.

La jeune fille respira un grand coup pour forcer son rythme cardiaque à revenir à une vitesse raisonnable. Maintenant qu'elle était là, elle ne pouvait plus reculer. Si elle avait bien compris, ce type représentait l'autorité, ici, dans les souterrains. C'était encore avec lui qu'elle serait le plus en sécurité. Du moins, si elle arrivait à ne pas le mettre trop en colère, parce que pour l'instant, il ne semblait pas vraiment ravi de sa présence ici.

N'osant pas le regarder de peur de le froisser, Ruby reporta son attention sur les lieux qui l'entouraient. L'endroit, qui servait visiblement d'habitation aux deux hommes, n'était rien de plus qu'un autre tunnel, dont un éboulement de pierre avait bloqué un des côtés. Les meubles se réduisaient au strict minimum et témoignaient d'un sens certain de la débrouille : de vieux matelas, isolés du sol par des palettes en bois, des caissettes de supermarché empilé en guise d'armoire, une cantine militaire, servant à la fois de table et de coffre, une cuisinière et un mini frigo qui semblaient avoir connu des jours meilleurs, quelques vieux jouets d'enfants empilés dans un coin... Le tout éclairait à la lumière crue des néons. Car, aussi étrange que cela puisse paraître, ils avaient l'électricité.

La jeune fille fut interrompue dans son observation par l'homme à la cicatrice qui l'interpella de nouveau :

- Bon, puisque tu t'invites chez moi, puis-je au moins savoir comment tu t'appelles ?

- Ruby, répondit l'adolescente d'une petite voix, les yeux toujours baissés vers le sol.

-OK, Ruby. Je ne sais pas ce qu'une gamine comme toi fout dans les souterrains, mais puisque Sammy t'a ramené ici, je ne vais pas te mettre dehors. Je ne veux pas qu'on puisse dire que les gens d'en bas manquent d'hospitalité. Par contre, il va falloir que tu enlèves tes vêtements.

- Quoi ?! Mais ça ne va pas. Espèce de malade, ne put s'empêcher de s'exclamer Ruby.

Elle n'en avait plus rien à faire d'éviter de froisser la susceptibilité de son hôte. Ces deux-là ne valaient pas mieux que l'autre toxico. Il fallait qu'elle s'en aille d'ici coûte que coûte. Tant pis, elle se débrouillerait seule pour trouver la sortie. Et le prochain qui s'approchait d'elle, elle lui mettrait son poing dans la figure avant qu'il n'ait eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Mais alors qu'elle s'apprêtait à partir, l'homme éclata de rire.

- Je crois qu'on s'est mal compris, gamine. Il faut croire que j'ai perdu l'habitude de parler aux jeunes filles. Tes vêtements sont pleins de poussières. Tu vas en mettre partout. Enlève juste ta parka et ton pantalon. Sammy va te filer un de ses joggings. Je te prêterais bien un des miens, mais j'ai bien peur qu'il ne soit un peu grand pour toi.

La poussière ? C'est vrai que maintenant qu'elle y pensait, les lieux étaient plutôt propres comparés au reste des souterrains. Ruby se tourna vers le fameux Sammy. Focalisée comme elle l'avait été sur l'homme à la cicatrice, elle n'avait pas remarqué que l'adolescent avait déjà enlevé son jean et son sweat-shirt et se dirigea maintenant vers les cagettes qui contenaient ses fringues. Cela n'avait pas l'air de lui poser problèmes de se balader devant elle en caleçon. Déjà gênée par le malentendu, Ruby rougit jusqu'aux oreilles et détourna les yeux. Elle avait été élevée dans une famille très pudique où tout sujet relatif à la nudité était farouchement évité. Sarah se moquait souvent d'elle à ce sujet.
Heureusement, le garçon enfila vite un pantalon et elle put de nouveau lever les yeux du sol. Il sortit un vieux jogging gris du tas de fringues, et revint le donner à Ruby. La jeune fille regarda les deux hommes d'un air gêné, peu désireuse de se changer devant eux. Le plus âgé comprit immédiatement et se retourna, mais pour l'adolescent, la situation semblait être moins claire. Il restait là à la fixer bêtement. Il croyait vraiment qu'elle allait se déshabiller devant lui, se demanda Ruby.

- Sammy, tu te retournes ! Ordonna l'homme à la cicatrice.

Comment avait-il deviné, alors qu'il leur tournait le dos ? Peu importe. Au moins, le garçon se détourna à son tour. Ruby se changea le plus vite possible au cas où l'un d'eux déciderait de regarder. Elle ne leur faisait pas confiance.

- Voilà, les prévint-elle quand elle eut fini.

- Pose tes vêtements sales contre le mur et approche. Je ne vais pas te manger, tu sais.

Décidément, ce type passait son temps à donner des ordres. C'était le genre de personne que Ruby, allergique à toute forme d'autorité, détestait. Mais puisqu'elle était chez lui (et aussi un peu, il fallait l'avouer, parce qu'il lui foutait une trouille bleue), elle décida de passer outre et s'exécuta. Elle se sentit aussitôt extrêmement mal à l'aise, debout entre cet homme effrayant et ce garçon étrange qui n'arrêtait pas de la fixer comme s'il n'avait jamais vu une fille avant elle.

- Ne reste pas planté là, lui dit son hôte. Assis toi.

« Je veux bien, mais où ? Pensa-t-elle très fort. Il n'y a pas de chaises ». Elle finit par se faire une raison et s'assit à même le sol en béton juste à côté de la cantine en fer.

- Je peux te proposer à boire ou à manger ?

Ruby secoua la tête. À vrai dire, elle était tellement fatiguée qu'elle n'avait même plus la force d'avoir faim. Elle avait l'impression de ne pas avoir dormi depuis des jours. L'homme s'en rendit compte.

- Cela fait longtemps que tu traînes ici ? Tu as l'air exténué, demanda-t-il.

Puis, sans attendre la réponse à sa question, il enchaîna.

- Tu n'as qu'à prendre mon lit. C'est déjà presque le matin. On verra ce qu'on fera de toi, quand tu seras un peu reposé.

Ruby accepta avec gratitude. Toutes ses émotions l'avaient épuisé. Elle tenait à peine debout. Elle savait que ce n'était pas prudent de s'endormir au milieu d'inconnus, mais de toute manière, ce type était tellement costaud que s'il voulait lui faire du mal, même éveillée, elle serait bien incapable de l'en empêcher. Et elle n'avait aucune idée de quand elle aurait à nouveau l'occasion de dormir.

Elle se coucha tout habillée au-dessus des couvertures. À peine eut-elle fermé les yeux qu'elle sombra dans le sommeil.
____________________________________

L'image n'a pas grand chose à voir avec ce passage, mais je l'ai tellement mignonne. Et puis, j'imagine bien Samuel enfant dans ce style.
Ah, j'allais oublier : image trouvée ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire