samedi 6 février 2016

Je m'appelle Mina et j'adore la nuit



Je m'appelle Mina et j'adore la nuit - David Almond - 4/5

Editeur : Gallimard jeunesse

Roman jeunesse


" Ecrire sera comme un voyage, chaque mot sera un pas qui m’emmènera vers une terre inconnue..."

' Mina joue avec les mots, invente des histoires, raconte sa vie de tous les jours, le bonheur d'aller se percher dans son arbre et de regarder la vie d'en haut, parmi les oiseaux, loin du monde d'en bas, où elle a eu si peur.
C'est d'amitié et de la liberté que nous parle Mina. Écrire lui permettra-t-il de nous confier son secret et de s'ouvrir enfin au monde ? '



Difficile de parler de ce livre qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant. Différent des autres tant sur la forme que sur le fond. Je m'appelle Mina, c'est l'histoire d'une petite fille différente, une enfant hors du temps, hors du monde, et pourtant tellement ancré dans le réel. Ce qu'elle aime Mina, c'est jouer avec les mots, les faire danser, chanter sur les pages inventer des histoires, du rien, car pour Mina " les mots devraient flâner et vagabonder", "voler comme les chouettes" ou encore "se faufiler comme les chats.", quoi qu'en dise sa maîtresse. Car à l'école, les mots sont comme Mina : en cage.




Loin des salles de classe, c'est perché sur son arbre où elle passe la majeure partie de son temps, que Mina aime écrire dans son journal. Et c'est ce journal que nous livre David Almond, un journal où les mots grandissent, se dédoublent, noircissant les pages ou au contraire disparaissent complètement pour ne laisser que le vide. Très vite, l'auteur s'efface et il n'y a plus que Mina et son étrange conception du monde. 


J'ai été assez surprise au début par la forme du livre qui imite le journal d'une petite fille qui écrit tout ce qui lui passe par la tête. Sur certaines pages, les mots s'étalent en caractères immenses, d'autres, au contraire, sont laissés vides ou avec un seul mot écrit dessus en tout petit. La taille du texte, la police, la couleur des pages et même le type de narration changent au gré des humeurs de Mina. C'est un peu désarçonnant au début, mais très vite, on se laisse emporter cet univers où les mots sont vivants.
Ce livre nous parle avec poésie et originalité, de thème important comme la différence, le deuil ou encore la difficulté de grandir. Un joli coup de cœur que je vous conseille vivement, quel que soit votre âge. 


1 commentaire:

  1. Elle est bien ta petite chronique !!!
    Bonne semaine
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer